Traces de signes

 

TRACES DE SIGNES (1996-2000)
Peindre au-delà de la figuration, et au-delà de l'abstraction, pour la pure jouissance d'une création lyrique et spontanée, à faire partager dans la connivence des consciences.
"Traces" de perceptions sensorielles fugitives, d'émotions intenses, transcrites par une dynamique gestuelle rapide en arabesques, courbes et contre-courbes qui rythment la surface de la toile où s'expansent des formes vivement colorées.
"Signes" qui sont un message plastique symboliquement inscrit, véhicules sensibles de la vitesse de la pensée et de l'acte créateur, indices d'un parcours initiatique qui prend naissance dans la concientisation du monde et de ses vibrations.
Avec le temps et la réflexion est apparue la nécessité de condenser l'écriture picturale, et de réduire à leur expression minimale les traces impulsives de l'énergie de la main. D'où le cloisonnement et la fragmentation de la surface de la toile, pour intensifier et disfracter couleurs et lumières.
Cette obligation de rigueur dans la recherche d'une symbolique graphique s'inscrit dans une série d'œuvres aux contrastes intenses destinés à mettre en évidence une calligraphie où logogrammes, idéogrammes et pictogrammes se déroulent en rythmes similaires, synthèses d'une réflexion sur identification et différenciation formelles.
Le Réel, l'Imaginaire et le Symbolique, harmonieusement unis, conduisent à une centration et une méditation sur l'essence même de la peinture, basée sur la nécessité de fixer l'harmonie dispersée en une lutte antithétique entre le savoir et le sentir, et d'introduire sur la toile un ordre dynamique incessamment poursuivi.
Peindre, non pas l'Etre mais le Passage à l'ordre analogique, dans une symbiose dont l'amour est le mobile, et l'intelligence, le moyen.
Créer, c'est aller dans l'inconnu pour l'exprimer et le signifier dans la fulgurance de l'instant, expression momentanée et fugitive d'une pulsion, instable et cependant continue, stabilisée dans l'Existant.
Paris le 1er Décembre 2002