Transparences

 

TRANSPARENCES (2004-2005)
La nécessité d'un espace rayonnant, où fusent clarté et lumière, le besoin d'une surface ensoleillée où puisent couleurs et rythmes, la recherche d'une gestuelle souple et spontanée où s'exprime et s'imprime la pureté d'une émotion, sont à l'origine de la création de ces œuvres, librement structurées, en quête d'une transparence nécessaire et vitale.
La respiration, au-delà des tensions du corps et de l'esprit, et l'inspiration, font vibrer l'âme et le cœur dans la quête d'une authentique vérité. Par delà les clivages traditionnels, la toile s'élabore, la tapisserie se façonne, dans la jubilation du moment.
Une construction préalable s'impose pour élaborer les plans, architecturer les supports, délimiter les contours, cerner les figures, et un réseau complexe de lignes se dessine. A l'instar des fils de chaîne d'une structure tissée, nécessaires à la montée de la trame, cette installation rigoureuse permet à la matière picturale de s'expanser en toute liberté, modulée par cette mise en scène graphique.
Les couleurs, limpides comme celles des vitraux, glissent et se superposent, selon les frémissements, les pulsions, la mouvance intime de l'être.
Plaisir subtil de mêler des tons purs, de jouer d'une texture aérienne comme celle du verre, dans la matière ondoyante et chatoyante de l'huile, en des nuances infimes où s'inscrivent les traces et les signes des émois et des frissons, au soleil de la création.
Précise et rapide, agile et ferme, la main danse sur la toile ou s'entrelace aux fils du tissage, en une dynamique inspirée.
Et sur la surface translucide, ondulent courbes et spirales, lignes sans fin qui relient constamment les deux extrémités du devenir, passages du connu à l'inconnu, symboles cosmiques des éléments, images du voyage incessant du conscient.
Sur la transparence du support, la lumière glisse, ricoche sur les pleins et les vides, s'enroule aux entrelacements, et vibre aux cadences des gammes chromatiques de cet environnement lyrique.
L'œuvre en devenir se construit au fil du temps. Elle s'enracine dans la nuit du mystérieux et de l'inconscient, du rêve et de la fatalité, pour faire naître au jour, par une genèse radieuse de fantaisie, la forme qui incarne l'esprit.
Françoise GALLE Paris le 10 Décembre 2005